Quelle est la durée moyenne d’un rapport sexuel ?

Combien de temps doivent durer les rapports sexuels ? Dans un monde idéal, aussi longtemps que vous et votre partenaire le souhaitez. Mais quelle est la durée moyenne d’un rapport sexuel ? Une étude internationale a chronométré la durée des rapports sexuels de 500 couples sur une période de quatre semaines1. Cette étude est, à ce jour, la plus vaste recherche sur la durée des rapports sexuels. La durée médiane des rapports sexuels pour tous les groupes d’âge est d’environ 5,4 minutes. Cela signifie que 50% des hommes éjaculent plus rapidement que 5,4 minutes. Les autres 50% durent plus longtemps.

Selon la définition de l’éjaculation précoce de l’ISSM, un homme qui éjacule toujours moins d’une minute souffre d’éjaculation précoce à vie. Un homme qui dure plus d’une minute ne souffre pas d’EP à vie, mais il peut souffrir d’autres types d’éjaculation précoce.

Cette étude nous apprend également que l’homme plus jeune a tendance à durer plus longtemps avec une médiane de 6,5 minutes pour le groupe des 18-30 ans. La médiane du groupe des 51 ans est de 4,3 minutes. Parmi d’autres résultats intéressants, l’enquête nous apprend également que ni la circoncision, ni l’utilisation du préservatif n’affectent la durée des rapports sexuels.

Enfin, les auteurs de l’étude soulignent qu’ils utilisent la médiane plutôt que la moyenne comme mesure principale car certains hommes souffrant d’éjaculation retardée pourraient durer plusieurs heures. Statistiquement parlant, ces hommes sont ce qu’on appelle des « outliners ». Ils gonflent la durée moyenne des rapports sexuels d’une manière qui ne représente pas la réalité. C’est pourquoi on utilise la médiane plutôt que la moyenne. Pourtant, si on utilise la moyenne géométrique, on obtient des résultats proches de la médiane. Une autre étude similaire réalisée sur 473 hommes a montré une moyenne géométrique de 5,7 minutes. Ce résultat est concordant avec la médiane de la première étude2.

Comment calcule-t-on la durée des rapports sexuels ?

Pour ceux qui se demandent comment ils calculent la durée des rapports sexuels, les scientifiques utilisent une mesure appelée IELT, ou Intravaginal Ejaculation Latence Ttemps. Pour mesurer l’IELT, nous demandons à la femme d’activer un chronomètre dès que la pénétration vaginale commence. Elle l’arrête juste après l’éjaculation.

Biais d’observation

Bien sûr, cette mesure comporte une forme de biais appelée l’effet observateur-attentes. Le fait que le couple sache qu’il est chronométré peut interférer avec le contrôle de l’éjaculation de l’homme. Certains hommes peuvent être stressés et jouir plus rapidement.

D’autres peuvent souffrir du contraire et prendre plus de temps que d’habitude. Il n’en reste pas moins que le chronomètre IELT est le moyen le plus pratique de mesurer la durée des rapports sexuels dans le cadre d’une étude à grande échelle. Une autre étude a tenté de reproduire l’étude avec un dispositif de chronométrage en aveugle2. La médiane était légèrement plus élevée mais toujours similaire, avec un résultat de 6 minutes.

Les limites de l’IELT

L’une des limites de l’IELT est qu’elle se limite aux hétérosexuels en relation longue. Pour des raisons évidentes, cette mesure n’est pas adaptée aux couples homosexuels. De plus, les études qui mesurent l’IELT n’incluent que les couples stables.

Par exemple, l’étude à grande échelle citée ci-dessous n’a inclus que les personnes qui étaient avec le même partenaire depuis au moins 6 mois. Ainsi, la médiane de 5,4 minutes n’est pas indicative de la durée moyenne des rapports sexuels, mais de la durée moyenne des relations stables.

Il est facile de croire que si l’on tient compte des aventures d’un soir, des relations précoces et autres  » coucheries « , la durée moyenne des rapports sexuels pourrait changer.

Sources:

  1. Waldinger M et al (2005)Une enquête de population multinationale sur le temps de latence de l’éjaculation intravaginale. J Sex Med 2(4):292-297
  2. Waldinger M et al (2009) A Five-nation Survey to Assess the Distribution of the Intravaginal Ejaculatory Latency Time among the General Male Population.J Sex Med.2009 Oct;6(10):2888-95. doi : 10.1111/j.1743-6109.2009.01392.x.

Laisser un commentaire